Exercice de sauvetage par la S.N.S.M.

Le comité de l’AUPPB vous souhaite une bonne et heureuse année 2011.

Les Cours de l’ AUPPB dispensés en 2010 :

Les cours de navigation :

Les cours de navigation ont débuté au Restaurant des Gens de Mer et se sont poursuivis tous les samedis de 17 à 19 heures. C’est André LECAILLE qui les a dispensés, ainsi que nous vous l’avions annoncé, sa parfaite maîtrise du sujet et son sens pédagogique ont fait que les participants ont suivi ces cours avec assiduité.

P1000621

Cours d’anglais standard marine :

Notre Président, Paul COJEZ a pris la partie officielle du vocabulaire VHF standard marine puis Jeff (locuteur de langue anglaise maternelle) s’est chargé du vocabulaire ainsi que des tournures spécifiques au milieu maritime. Nous avons terminé avec une étude en commun de bulletins météo anglais de met-office Londres.

Documents : Nous avons remis à chacune, chacun, un dossier complet du cours dispensé aux fins de révision et de pense-bête avant d’appeler un port étranger à la VHF lors de vos prochaines navigations l’été prochain que nous vous souhaitons nombreuses et agréables.

EXERCICE DE SAUVETAGE PAR LA S.N.S.M.

Une dynamique équipe de sauveteurs nous a familiarisé avec les premiers soins, la position latérale de sécurité, l’utilisation d’un défibrillateur. L’après-midi, dans le bassin Napoléon, un plaisancier a sacrifié son radeau de survie périmé. Celui-ci s’est parfaitement gonflé, des conseils pour le retourner et monter à bord nous ont été prodigués par nos sympathiques pompiers.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAGetAttachmentGetAttachment1

HIVER 2011 :

Le cours de mécanique du 15 janvier :

David, mécanicien diéseliste réputé à Boulogne, nous a expliqué le fonctionnement d’un moteur diésel : L’explosion du mélange, sans étincelle électrique, est obtenue par une forte compression. A l’aide d’un schéma, il a bien séparé les problèmes rencontrés sur ce type de moteur. Les points névralgiques sont le refroidissement et l’alimentation. Ces petits diesels, quand ils sont bien entretenus, peuvent tourner 10.000 heures. Une révision annuelle est préconisée, elle permet de faire la vidange et de changer les filtres qui sont indispensables pour éviter que de l’eau ou des impuretés ne mettent à mal une injection au demeurant coûteuse. Vérifier le niveau de l’huile contenue dans le moteur est à la portée de tous, c’est la première chose à faire. L’hivernage est propice, si vous n’êtes pas compétent, adressez vous à un professionnel. Pendant cette période, il faut remplir complétement ou vider la totalité du gasoil, pour éviter la présence d’eau dans le réservoir. Il est impératif de rincer le circuit d’eau de mer à l’eau douce, d’autres vidanges sont à prévoir en fonction des différents types de moteur. En faisant la vidange moteur, ne pas oublier de faire celle de l’inverseur. David nous a conseillé de vérifier la bonne tension des courroies, de changer régulièrement la turbine de refroidissement et les anodes. Il préconise l’utilisation d’additifs pour éviter la présence de bactéries dans le gasoil. Si vous installez un pré-filtre, tenez compte du circuit retour, ne le prenez pas trop petit. Beaucoup de conseils nous furent prodigués. Les moteurs hors-bord , sont plus fragiles et, malgré les apprences, plus coûteux que les diesels. Après un repas réparateur… nous nous sommes dirigés vers l’atelier, un Nanni de 10 chevaux nous attendait. La pompe à eau fut démontée, et les différents organes : échangeur, démarreur, alternateur, pompe d’injection, mis en évidence. Un moteur fiable est un moteur entretenu, c’est un précieux auxiliaire sur un voilier, il est vital pour les autres types de bateaux. Ce fut une journée bien organisée et très intéressante.

A L’ETUDE :
- Des cours de radio ASN : manipulation, appel direct par VHF ASN d’un navire localisé par radar ou AIS, appels urgents, mayday, relais de mayday etc..par un professeur de l’Ecole d’Apprentissage Maritime,

- Visite du Cross Gris Nez

- Cours de RIPAM : en clair Règlement international pour prévenir les abordages en mer ; règles de sécurité, règles de navigation, tracé de la route pour la traversée du Détroit, le trafic et les erreurs à ne pas commettre, le système répressif, et toutes questions concernant la navigation en général mais liée à la sécurité..par un Professeur de l’Ecole d’Apprentissage Maritime.

- Traversées au long cours : Joël PENTIER du Voilier RAPA, ayant plusieurs traversées de l’Atlantique à son actif se tient à la disposition des membres pour leur faire bénéficier de son expérience en matière d’armement du bateau, routes etc…

- Cours d’Anglais maritime : possible si nous avons le temps, vers fin Mars probablement.

- Cours de secourisme SNSM : possible également, à voir en Avril ou Mai pour que les cours puissent se dérouler à l’extérieur.

LES JOURS DE FORMATION : Est-ce que le samedi après-midi convient à la majorité ?

LIEU DE FORMATION : Salle de réunion des Gens de Mer Quai Chanzy Boulogne s/m

DATES : Les cours de janvier à Mars : les jours sont à définir.

DUREE : tous ces cours se dérouleront sur une demie-journée ou une journée.

Paul COJEZ, Jean Jacques OBERT, Dominique CAZAUX, Didier MAZURIER, Didier RUFFIN.

Formation du 12 février

RIPAM Philippe Radenne, professeur à l’école d’apprentissage maritime, a rappelé certains principes, à grands renforts d’exemples et d’anecdotes, pour bien saisir l’importance des règles de navigation en mer. Les pratiques ne sont pas les mêmes suivant que l’on navigue sur un voilier ou un navire à propulsion mécanique. Lequel est privilégié ? Le bon sens doit tenir une place de choix… Il faut être particulièrement vigilant dans le détroit du Pas de Calais, régulé par un dispositif de séparation du trafic (DST) où nos bateaux, quel que soit leur mode de propulsion, ne doivent en aucun cas, gêner les navires qui l’empruntent. Nous attendions beaucoup de la visite, l’après-midi du Cross Gris-Nez. Philippe Radenne, qui a œuvré quatre ans dans ce Cross, a rappelé que, hors DST, un voilier est prioritaire sur un bateau à propulsion mécanique.

Il est préférable de changer franchement de cap, plutôt que de réduire légèrement sa vitesse, ce sera perçu plus rapidement par le navire avec lequel vous risquez une collision. Le bon sens doit s’appliquer, car entre un cargo et un voilier, on voit de quel côté penche le rapport de force. Les plaisanciers présents n’ont pas regretté cette journée riche en informations. Nous pouvons remercier Mr Radenne, notre professeur, et Jean-Jacques Obert qui a eu l’idée de cette formation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s