Compte-rendu du CLUPP du 20 juin 2014

DSC0260118h, Chambre de Commerce et d’Industrie, Boulogne-sur-Mer. Le  Comité Local des Usagers Permanents du Port  (CLUPP) de Boulogne-sur-Mer, qui regroupe les plaisanciers (pêche-promenade et voile) et des représentants de la CCICO, de la Communauté d’Agglomération du Boulonnais (CAB), du Département, de la Région et de l’Etat, initiallement programmé pour novembre 2013, débute avec sur l’estrade la Présidente Mme Splingard représentant la Région, Mr Fournier Commandant du Port, Mr Nicolle Directeur Général Adjoint de la CCI, Mr Xicuna pour la Direction de la Mer et des Ports du Conseil Régional, Mr Decory de la CCI et Mr Plouvin, Directeur Général de la CAB.

DSC02602Manquaient à l’appel Mr Leasaffre, Président de la CAB et Mr Allan, Adjoint au Maire de Boulogne. Absents donc les réels décideurs de l’avenir de la plaisance à Boulogne-sur-Mer, étant donné le transfert de cette compétence de la Région vers la CAB prévue quelque part en 2015. Et vu les circonstances actuelles, manquait cruellement le sous-préfet ou un représentant des forces de police, sans doute fort occupés à maintenir l’ordre dans les verres de champagne du côté de la Fnac…

Le sujet le plus houleux fut bien sûr celui concernant la sécurité du bassin, au vu de la quinzaine d’effractions avec vol et vandalisme que nous connaissons depuis le début du mois.  J’y reviendrai dans la partie (2), mais restons dans l’ordre chronologique.  La réunion est divisée en quatre parties principales:

 

1) Evolution des travaux de l’écluse Samson

Mr Decory résume les événements bien connus depuis les premiers diagnostics des portes aval et amont en 2011. L’une est en ordre, l’autre sous surveillance jusqu’en 2018 et sera démontée et refaite entre l’automne 2018 et le printemps 2019.  Pas de sassements dans cette période évidemment.

DSC02605A une question sur l’insuffisance de la compensation (une relève et mise à l’eau gratuite) pour les désagréments subis par les usagers pendant trois années, Mr Nicolle répond que la compensation correspond grosso modo au 20% de remise demandés lors du précédent CLUPP. Il précise que (et cela notamment du fait de l’intervention de l’AUPPB auprès de la CCI) que les conditions initiales aussi drastiques qu’injustes ont été revues et que tout le monde pourra profiter de cette compensation, même ceux ayant manoeuvré leur bateau avant la date de la circulaire mettant cette compensation en oeuvre. Ceux ayant été facturés seront remboursés. A noter que le coût de l’intervention sur cette écluse est évalué par Mr Nicolle à deux millions d’euros.

 

2) Transfert de l’Eperon à la ville, et de la compétence Plaisance à la CAB. Sécurisation du bassin Napoléon

La Ville de Boulogne a requis la propriété de l’Eperon afin d’y réaliser un développement urbain, et ce transfert sera sans doute finalisé au cours du 1er trimestre 2015. Néanmoins la Ville dispose déjà d’un droit de gestion lui permettant d’ores et déjà de mettre en oeuvre ses projets. La Région garde sous le coude les deux passerelles de chaque côté de la gare maritime. Dans le même temps, le transfert de la Plaisance de la Région vers la CAB suit les méandres de l’administration et des questions de gros sous, et il est permis de penser qu’elle aura lieu plus ou moins selon le même calendrier que pour l’Eperon. Mr Plouvin confirme le projet de 90 anneaux supplémentaires au bassin Napoléon et l’éloignement des pontons du quai avec sécurisation des accès aux pontons.

Sécurisation, le débat est lancé! Aux remarques que le problème est urgent et demande une attention immédiate plutôt que promesses et programmes à long terme, Mr Nicolle explique qu’il est en contact étroit avec le Commissaire, Mr Juge, mais que la compétence de la CCi n’est que préventive et informative. C’est à la police d’intervenir, et précise qu’en cas de problème il faut appeler la Capitainerie, qui elle-même appelle la police.  Ce qui ne nous empêche pas de former le 17 directement, en passant par la plateforme d’Arras qui n’a évidemment aucune idée de ce que peut être « le bassin Napoléon ».

Mr Nicolle n’a jamais voulu répondre directement à la question de la mise en oeuvre immédiate et peu chère de moyens de dissuasion: caméras qui fonctionnent de nuit avec éclairage. Trop simple sans doute. Il a préféré proposer une réunion pour discuter de solutions certes pertinentes à terme, telles des rondes de nuit continuelles et surtout la fermeture de l’accès au bassin (choses que la CCI entend en outre facturer aux usagers), mais qui n’allaient pas stopper la vague de vols actuelle contre laquelle il ne reste au plaisanciers que la possibilité de dormir à bord et d’organiser des rondes entre eux. Avec le risque, comme l’a bien indiqué notre Conseiller Portuaire Mr Renaud, qu’un malheur arrive un jour…

Inutile de dire que la salle était plutôt remontée, d’autant que la question de la fermeture du port est sur la table depuis dix ans, et n’aboutit pas car elle se heurterait au refus de certains élus, dont le Président de la CAB, qui n’était malheureusement pas présent pour donner son point de vue.

Mr Nicolle a promis d’envoyer un mail à tous les participants du CLUPP afin de convenir d’une réunion dédiée à la sécurité, peut être même avant la mi-juillet.

 

3) Etat des travaux

Mr Xicuna fait l’état des travaux de réparation et d’entretien qui nous concernent, pour un coût global en 2014 de 50 000 euros. La signalétique renforcée visant l’interdiction de baignade dans le bassin Napoléon en a fait sourire plus d’un…

 

4) Questions diverses

La salle présente un certain nombre de remarques:

– Rien n’est fait pour effectivement empêcher les jeunes de se baigner dans le bassin Napoléon, malgré l’extrême pollution des eaux. Ne faudrait-il pas considérer le problème sous l’angle sanitaire plutôt que sécuritaire?

– Un an après la promesse, par Urbaviléo, de la création d’un parking de 20 places pour les usagers du bassin Sauvage, rien n’est fait. Mr Nicolle explique que le parking est à cheval sur les territoires CCI et CAB (Urbaviléo), ce qui rend les choses complexes. Vu le nombre de lenteurs, difficultés et inactions en tous genres que l’on met sur le dos de la complexité administrative, on en vient à se demander à qui profite cette complexité sinon aux seuls administratifs…

– Philippe Demonchy fait remarquer que certains ducs d’albe sous les passerelles sont en piteux état si l’on regarde de près à marée (très) basse.

– Pollution liée au chantier Socarenam. Mr Nicolle se dit au courant des problème et qu’une réunion d’information est prévue avant chaque chantier entre  la CCI et la Socarenam afin d’évaluer et de minimiser au mieux les pollutions.

– Descente à bateaux « l’Arlésienne »: La solution d’une descente du côté de la darse ayant été abandonnée car non pertinente et hors de prix, on en est toujours nulle part. Quid de l’utilisation à cette fin du slip n°2 derrière la Socarenam? Pas de réponse, sans doute encore trop simple comme solution…  Le plus drôle reste que la Présidente a plus ou moins grondé la salle d’avoir fait échouer le projet darse, car effectivement s’il n’avait pas échoué nous aurions aujourd’hui une descente à bateaux inutilisable tout en ayant coûté un os. Ce qui n’aurait certainement pas été perdu pour tout le monde. La logique administrative n’est pas toujours évidente pour le naïf plaisancier que je suis…

– Mr Renaud revient (car déjà abordée l’an dernier) sur la différence de tarif entre Boulogne et Dunkerque, au profit de ce dernier. MM Nicolle et Plouvin bottent en touche (il est temps, le match France-Suisse étant sur le point de commencer) car toute décision tarifaire sera prise par le bientôt nouveau concédant, la CAB, qui ne l’est pas encore et dont aucun élu n’est présent à ce CLUPP de toute façon.

– Christian Ratel, du YCB, demande à connaître les chiffres de la plaisance à Boulogne, et proteste contre l’inaction dans le nécessaire développement de la plaisance ici. Selon la CCI, la liste d’attente pour Boulogne et actuellement de 70 bateaux. Mr Nicolle propose une réunion spécifique pour parler chiffres. Pour Mr Plouvin, la plaisance en soi ne rapporte pas grand chose car l »es frais d’infrastructure et d’entretien sont élevés, l’intérêt porte surtout sur les effets induits.

 

On retiendra de ce CLUPP le problème aigu de la sécurité des bateaux au bassin Napoléon, qui fera sans doute avancer les choses à moyen ou long terme mais dont les solutions à court terme (cad immédiates) pour éviter de nouveaux incidents ne semblent être du ressort de personne, hors les plaisanciers eux-même. On aura aussi fait connaissance avec Mr Nicolle, nouveau venu au poste précédemment occupé par Mr Allard (ce n’est pas un cadeau) et dont la position finale sur la question des compensations, tout comme sa capacité à s’assumer plutôt qu’a tout faire remonter,  permettent d’envisager des discussions constructives mais sans doute pas des actions de terrain rapides et pertinentes. Deux termes sans doute peu connus dans les couloirs de l’administration…

 

=Vincent Verschoore=

Secrétaire de l’AUPPB

Une réponse à “Compte-rendu du CLUPP du 20 juin 2014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s